jeudi 24 mai 2007

Mythomanie

En lisant le blog de Brad Warner, j'ai vu que quelqu'un s'était fait passer pour lui dans la section commentaires. Et sa réponse au mytho était "troute-toi une vie!".

J'ai connu des mythomanes, et à chaque fois, c'est la même tristesse. Voilà des gens chez qui la fameuse angoisse de l'être (dont traite à la base le Bouddhisme) est telle qu'ils ne peuvent se contenter d'une vie réelle, trop anodine à leur goût. Il faut qu'ils s'inventent une vie rêvée. Et comme cette vie rêvée est naturellement bien plus prestigieuse (glamour, on dit maintenant) que la vraie, ils finissent par croire leur propre mensonge. Evidemment, ils se grillent ainsi très rapidement, et on voit ces personnes souvent devoir changer de ville et de vie fréquemment pour pouvoir continuer leur petit jeu.

Ici, nous avons quelqu'un pour qui se faire passer pour un autre est la seule chose excitante qu'il ait pu imaginer. Lorsque nous considérons nos propres vies, nous avons généralement tendance à croire qu'elles sont minables, plates, sans relief, qu'elles ne valent pas la peine qu'on en fasse un roman. C'est souvent une erreur de perspective. Certes, toutes les vies ne feraient pas un roman, même celles qui furent réellement aventureuses. Une vie est bien trop complexe pour faire un roman. Les vies de roman sont des vies simplifiées à outrance, où le caractère et les événements sont eux aussi simplifiés. Mais je tends à penser que si nos vies étaient des vies de roman, nous, qui avons à les vivre, les trouverions bien trop excessives et sans intérêt à la fin.

Il faut apprendre à vivre avec l'ennui intrinsèque de nos vies. C'est dans cet ennui que se trouve le secret du bonheur.

Mxl